Ne ratez pas ces échéances fiscales en avril ou préparez-vous à payer plus cher!

Le printemps est synonyme de renouveau, mais aussi de déclarations d’impôts pour bon nombre de contribuables.

Début de la campagne de déclaration de revenus : marquez votre calendrier #

La campagne de déclaration des revenus de l’année précédente prend son envol le 11 avril. Dès cette date, il est possible de se rendre sur le portail officiel pour déclarer ses revenus, actualiser ses informations personnelles et préparer le terrain pour une année fiscale sans accroc.

Pension de réversion : comment bénéficier du cumul avec sa propre retraite ?

Ne laissez pas passer cette période cruciale. Anticiper, c’est s’assurer de remplir toutes ses obligations en temps et en heure, évitant ainsi les surprises désagréables qui pourraient survenir suite à des omissions ou des retards dans le processus de déclaration.

Des échéances spécifiques à ne pas manquer #

Chaque mode de déclaration, papier ou digital, dispose de son propre calendrier. Pour ceux qui préfèrent la méthode traditionnelle, la date limite de dépôt des déclarations sur papier est fixée au 22 mai. Il est essentiel pour ces contribuables d’envoyer leurs documents avant cette date pour éviter les pénalités.

Calendrier de déclaration des impôts 2024 : Découvrez les dates pour vos revenus de 2023

À lire Goldman Sachs mise près de 900 millions d’euros sur le leader français de la gestion de patrimoine, Crystal

Quant aux adeptes de la déclaration en ligne, les délais sont plus souples mais tout aussi impératifs. Selon votre département de résidence, vous aurez jusqu’au 25 mai, 1er juin ou 8 juin pour soumettre votre déclaration. Ne perdez pas de vue ces dates clés pour rester en règle.

Les conséquences d’un retard de déclaration #

Les retards dans la déclaration d’impôts ne sont pas pris à la légère. Des pénalités financières sont appliquées selon le degré de retard, débutant à 10 % de majoration pour l’absence de déclaration à la date due. Ce montant grimpe rapidement, atteignant 40 % en cas d’un retard prolongé.

Nouvelles règles du compte de prévention professionnelle : ce qu’il faut savoir

En plus des majorations, des intérêts de retard sont également à prévoir. Ces intérêts, s’élevant à 0,2 % du montant dû par mois de retard, sont une charge supplémentaire qui peut s’avérer significative. La meilleure stratégie est donc de respecter scrupuleusement les échéances pour éviter ces désagréments financiers.

Voici un résumé des points essentiels à retenir pour le mois d’avril :

  • 11 avril : Ouverture du portail pour la déclaration de revenus.
  • 22 mai : Date limite pour les déclarations papier.
  • 25 mai, 1er juin, 8 juin : Dates limites respectives pour les déclarations en ligne selon le département de résidence.
  • 0,2 % d’intérêt de retard par mois après la date limite.
  • Majorations de 10 % à 40 % en cas de retard de déclaration.

FAQ:

  • Quelle est la date limite pour déclarer ses revenus sur papier en 2023 ?
    La date limite est le 22 mai 2023.
  • Que risque-t-on en ne déclarant pas ses revenus dans les temps ?
    Des majorations de 10 % à 40 % du montant dû, ainsi que des intérêts de retard de 0,2 % par mois.
  • Les déclarations en ligne peuvent-elles bénéficier de délais supplémentaires ?
    Oui, les contribuables ont jusqu’au 25 mai, 1ᵉʳ juin ou 8 juin selon leur département.
  • Est-il possible de corriger sa déclaration après la date limite ?
    Oui, mais cela pourrait entraîner des pénalités décrites ci-dessus.
  • Les intérêts de retard sont-ils évitables ?
    Seule la déclaration et le paiement dans les délais éliminent le risque d’intérêts de retard.

Allocations-info.fr est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :